Fête des saints Pierre et Paul - 29 juin Enregistrer au format PDF

Mardi 28 mai 2019
1 vote

Depuis le début du christianisme ces deux Apôtres sont étroitement associés et sont considérés comme les deux colonnes de l’Église. S’ils ne sont pas les premiers chrétiens à avoir proclamé l’Évangile à Rome, ils en sont d’une certaine façon les fondateurs au sens où, par leur martyr sous l’empereur Néron, ils en ont scellé la foi. Benoit XVI rappelait, lors de leur fête en 2012, que Pierre et Paul étaient considérés par cette première Église « comme une espèce de contre autel des mythiques Romulus et Rémus, la fratrie à laquelle on faisait remonter la fondation de Rome ».

Le Nouveau Testament présente deux personnalités très différentes et complémentaires.

D’un côté Pierre, pêcheur de Galilée sans culture rabbinique particulière, mais décrit comme celui qui fût le premier disciple appelé par Jésus et le premier à le reconnaître comme le Christ. Il est présenté comme le porte parole du groupe des Apôtres. Vif et déterminé il promet de ne pas abandonner Jésus qu’il reniera cependant peu après la Cène. Les Actes des Apôtres le présentent comme acteur principal dans l’expansion de l’Église naissante.

Paul de Tarse, lui, bénéficie de trois cultures : origines juives, langue grecque et statut romain. Rompu à la rhétorique, c’est un penseur dense et passionné. Contrairement à Pierre, Paul n’a pas rencontré Jésus de Nazareth, mais le Christ lui apparaît sur le chemin de Damas alors qu’il persécute les chrétiens. Sa réflexion porte, notamment, sur les rapports entre la foi juive et la foi à Jésus-Christ. Inlassable fondateur d’Eglises il répand le christianisme dans tout le basin méditerranéen.

Aux yeux de Benoît XVI, Pierre et Paul illustrent la « nouvelle fraternité » inaugurée par le Christ, en contrepoint de la première et tragique fratrie biblique, Caïn et Abel : « Pierre et Paul bien qu’humainement très différents l’un et l’autre , malgré les conflits qui n’ont pas manqué dans leur rapport, ont réalisé une manière nouvelle d’être frères, vécue selon l’évangile » développait-il dans son homélie citée plus haut.

Sur le plan ecclésial cette fête est l’occasion de célébrer des ordinations dans la mesure où le ministère du prêtre est associé à celui des évêques successeurs des Apôtres. Cette fête est également vécue sous le signe de l’œcuménisme par la rencontre d’une délégation du Patriarcat de Constantinople qui a pris l’habitude de se rendre à Rome pour marquer sa proximité et son désir de communion.

Source La Croix 28 06 2014

Voir également :

Saint Pierre et Saint Paul - 29 juin

Pierre et Paul - Apôtres de Jésus-Christ