Témoignages de paroissiens de Pléneuf Enregistrer au format PDF

Vendredi 15 mai 2020 — Dernier ajout mercredi 13 mai 2020
0 vote

Mon journal de chrétienne confinée

Qui pourra me séparer de l’Amour de Dieu ?

Ma foi s’est épanouie dans un contexte inédit, mais tout en Esprit, avec le constat de la fragilité de notre monde et une impression de déjà-vu chez les premiers chrétiens confinés, privés de la Présence réelle de Jésus, de ses sacrements.

Je vivrai plus intensément encore l’Eucharistie car ‘’j’ai faim du Corps du Christ’’.

Apprendre à sourire avec les yeux !

Téléphone, ordinateur sont mes compagnons de route car, pour moi, c’est une évidence de continuer ces liens de fraternité d’une grande richesse et réconfort, assidue aux nombreuses célébrations de la Semaine Sainte, bougies aux fenêtres pour les soignants.

Méditations, réflexions partent dans tous les sens ; l’exil du peuple d’Israël, les 40 jours au désert ! Mon agenda est devenu un désert mais mon bureau est plein d’intentions de prière.

Je crois que c’est ‘’la contagion de l’amour’’ qui, de plus, protège le corps médical ! La plus grande puissance de l’Univers est à mes côtés, je ne dois pas craindre de continuer la route.

Monique, Pléneuf

Journal de trois confinées

16 mars : le président Macron annonce 15 jours de confinement.

Mais de 15 jours en 15 jours, cela va durer…

Qu’est devenue notre communauté pendant ce temps de pause forcée ?

Cette cassure brutale dans le rythme trépidant des jours est déstabilisante, dans un premier temps. Petit à petit, nous organisons notre temps personnel et notre temps communautaire.

Nous profitons de prendre un peu de recul avec tout ce qui nous préoccupait pour accéder à l’essentiel. Notre prière se fait plus profonde. Elle s’élargit au niveau du monde, mais aussi au niveau local.

Nous pensons à nos prêtres, à tous les acteurs paroissiaux, aux familles, à ceux qui subissent la crise de plein fouet.

Notre union à tous se fait aussi par les neuvaines, le chapelet, les messes proposées par tous les moyens de communication, à tout ce que la paroisse nous propose en thèmes de réflexion et de ressourcement.

Merci pour tout ce travail fait dans l’ombre, pour les homélies de nos prêtres et diacre, pour le travail des familles, des catéchistes et des enfants en catéchèse, pour les coups de fil reçus et donnés pour demander des nouvelles.

Chacune a maintenu le contact avec les personnes qu’elle visitait.

Certaines très isolées trouvent le temps long sans la communion que la Soeur leur portait chaque semaine.

En étant tout le jour ensemble, nous avons participé davantage aux activités ménagères, à l’entretien de notre jardinet. Nous avons profité de faire ce que nous avions un peu négligé : lecture, étude de textes d’approfondissement de notre foi, de partages, mais aussi de détente.

Que ce temps nous fasse prendre conscience de ce qui est essentiel pour demain, mais, comme vous sans doute, nous attendons avec impatience le déconfinement.

Soeurs Thérèse, Marie Thérèse, Marie
Pléneuf

Caté à la maison

Chez nous, le caté se poursuit tranquillement.

Depuis Pâques, on raconte chaque dimanche la vie de Jésus et Alice et Gabrielle, 5 et 8 ans, sont toujours impatientes d’apprendre la suite.

L’équipe de catéchistes nous a gentiment proposé des sites internet pour aider les enfants à bien comprendre le message que cachent les textes des évangiles et nous utilisons beaucoup « Idees-caté.com » pour les jeux et les bricolages.

Ce que nous utilisons beaucoup aussi, c’est ma guitare : chez nous la prière et la musique vont de pair ! Alors, on apprend des chansons pleines de vie et d’espérance et on improvise souvent nos petites célébrations dans le jardin. Luc, le petit frère de 3 ans, prend beaucoup de plaisir à époumoner sa joie !

En fait, depuis le début de ce confinement, on a utilisé le temps qui nous était offert pour faire un peu plus de place à Dieu. Il était déjà Présent avant sans qu’on le Lui demande vraiment, mais maintenant on prend le temps de L’inviter et de Le remercier. Les filles ont même installé un petit coin prière dans leur chambre ! Il ne nous manque plus que les autres pour partager notre joie !

Famille Moigne, Saint-Alban

« C’est chouette, le caté à la maison, parce qu’on fait la messe dehors, qu’on peut chanter très fort, on danse même ! Et j’ai moins peur de faire une prière tout fort pour dire à ceux que j’aime que je les aime et demander pardon pour mes bêtises. On apprend plein de chansons avec maman, on allume des bougies pour les gens qui sont morts et à qui on pense très fort ».

Gabrielle, 8 ans.