Semaine missionnaire dans les paroisses de Pléneuf, Erquy et Matignon Enregistrer au format PDF

Mercredi 4 décembre 2019
0 vote

Qu’en retenir ?

Cette mission se veut une réponse à l’appel du Pape François…savoir accueillir spontanément les signes qui se présentent à nous dans le temps pour apprendre à faire œuvre missionnaire.

Trois grands moments :

  • la préparation et l’accueil
  • la prière et des témoignages
  • les rencontres, réflexions, …

La présentation a été assurée par le Père Bellet et le Père Mikerson avec une assemblée de 10 personnes appartenant aux trois paroisses afin d’organiser les activités sur chacune d’elles.

Il en ressort que l’arrivée des prêtres s’est très bien passée. Ils ont été accueillis comme il se doit, c’est-à-dire merveilleusement avec des moments partagés où les échanges ont été riches chaleureux et constructifs..

Les temps de prières (laudes et vêpres) ont vu plus ou moins de participants. Il y eut un temps fort, lors la messe de confirmation présidée par Monseigneur MOUTEL, le samedi 19 avec le témoignage de deux jeunes filles, d’une bénévole du Secours Catholique. Elle a pu quelques jours plus tard convaincre un bénéficiaire qui a témoigné du soutien qu’il a reçu.

Il y eut ce samedi 19 le témoignage de 2 pères qui ont tracé brièvement leur cheminement comme prêtre et leur passion de la Bonne Nouvelle de Jésus.

Pour ce qui concerne les rencontres, avec visites du monde agricole, industriel et maritime, ce fut plus ou moins suivi en terme de participants. Nous avons eu le témoignage de personnes passionnées par leur métier malgré sa dureté.

Il est ressorti de cette semaine un point important : celui de sensibiliser les enfants, passer dans les écoles, travailler à leur niveau avec les instituteurs et institutrices…Il a été noté aussi que notre rôle comme croyant, n’est pas essentiellement de parler de Dieu si on ne nous le demande pas mais de vivre de façon à ce qu’on nous le demande.

Donc une semaine missionnaire, somme toute très positive en gardant dans nos esprits cet axe essentiel pour notre vie de chrétien : choisir l’espérance.

Reste des choses à mettre au point pour d’autres missions à vivre dans le futur… plus de communication envers le peuple de Dieu, plus de précision dans les diverses animations proposées, aller vers les périphéries et ouvrir à d’autres temps de prière.

Louis Verdier
Le pape François nous invitait tout comme notre évêque à vivre la mission en communauté pastorale, à la suite du synode que nous avons vécu dans notre diocèse.

Durant ce mois missionnaire extraordinaire, le père Mikerson OLIVIER , notre curé, a bien voulu recevoir un groupe de prêtres missionnaires, les prêtres de Saint- Jacques, à venir rencontrer les chrétiens de nos trois paroisses. On est tous baptisés et envoyés au cœur du monde pour pouvoir annoncer « C’est Évangéliser et partager la joie de Dieu qui nous habite. »

Le père Pierre Le Beller, supérieur régional de la Société des Prêtres de Saint-Jacques en France, nous a rappelé l’importance d’être missionnaire aujourd’hui, en tant que prêtre ou laïc : « Être chrétien envoyé dans ce monde, est une question difficile car le monde ne nous attend pas spécialement. Et pourtant, si nous sommes attentifs, nous nous apercevons qu’il y a des attentes. : spirituelles, d’ordre de réussite… Il y a des peurs dans le monde auxquelles il faut trouver des réponses. Notre mission s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’être avec, d’écouter les questions et de dialoguer.

Cette semaine a été jalonnée de veillées de prières, , et d’immersion dans le monde industriel, marin, agricole ,de témoignages , d’échanges avec les prêtres.

La rencontre du lundi 21 octobre à Matignon (une cinquantaine de laïcs engagés dans l’église), s’est voulue fraternelle, conviviale , chaleureuse et productive. De nouveaux visages sont apparus, signe d’un nouvel élan.

Avec 42 baptêmes, 24 mariages et 118 obsèques en 2018, le travail des bénévoles n’est pas une mince affaire et toutes nos équipes ont besoin d’être renforcées. On connaît le proverbe Africain selon lequel on avance plus vite seul et plus loin ensemble, la meilleure solution consiste donc à associer les deux, du bas vers le haut pour la réflexion, et de haut vers le bas pour la décision.

La clé, comme dans toute équipe, c’est la confiance et la clarté des rôles de chacun. ne parlons pas de nous même, parlons Dieu et de la Mission confiée à chacun d’entre nous.

Les pères Mikerson et Aduel remercient tous les fidèles qui ont participé à cette réunion.

Matignon