Saint Brieuc - 1er mai Enregistrer au format PDF

Mercredi 1er mai 2019
0 vote

C omme de nombreux autres saints bretons, Brieuc est né au pays de Galles. Ses parents, deux nobles gallois, sont païens. La légende raconte qu’un ange est venu, une nuit, annoncer à sa mère la naissance de son fils et que l’ange lui a demandé de se convertir. Craignant la colère divine, les parents obéissent et envoient Brieuc (c’est-à-dire « Béni du Seigneur ») à l’école du monastère de Caldey, vers 409. Il y rencontrera Samson.
A l’âge de 10 ans, il quitte son île natale, traverse la Manche et poursuit son éducation auprès de saint Germain. Il entre dans les ordres en 447 et se fait très vite connaître pour sa charité envers les pauvres. Lorsqu’il en rencontre un, il ne peut s’empêcher de lui donner tout ce qu’il possède.

Au bout de quelques années, saint Germain l’envoie en mission en Cornouilles. Brieuc y fonde des monastères, transforme les temples païens en églises. Vers l’an 480, on raconte qu’il eut une vision : « Il vit un ange qui lui commanda d’aller sans délai dans l’Armorique, où Dieu l’envoyait pour le salut d’un grand nombre de personnes » (Dom Lobineau « Vie des saints de Bretagne »).

Il s’embarque alors avec 175 de ses disciples et débarque sur la côte nord de l’Armorique et rejoint la rivière du Jaudy, dans le pays de Tréguier. On dit qu’il convertit à la foi chrétienne le comte du pays, Conan. Brieuc en profite pour construire un nouveau monastère à Landebaëron et il le confie à son neveu Tugdual. Mais voilà Brieuc de nouveau rappelé au pays de Galles. La peste y sévit et ses concitoyens réclament le retour de leur moine.

Vers 485, il revient en Armorique avec 80 moines. Cette fois, il remonte la côte par la mer et arrive à l’embouchure du Gouët. Il y est accueilli par son cousin, le prince Riwall, qu’il convertit, avec tous ses sujets, à la foi chrétienne. En remerciement, son cousin lui lègue un terrain, le champ-du- Rouvre, pour y construire un nouveau monastère où Brieuc sera enterré à sa mort en 502.

Etait-il évêque ? On ne le sait pas très bien, car la ville de Saint-Brieuc ne fut érigée en évêché qu’en 844, sous le règne de Nominoé. Une tradition ancienne voulait que des moines missionnaires soient évêques, mais sans siège attitré. Ce fut peut-être le cas pour Saint Brieuc. Après sa mort, son corps, inhumé dans l’église qui deviendra la cathédrale et prit son nom, fut transporté à l’abbaye de Saint Serge, à Angers, au moment de l’invasion des Normands. En 1210, Pierre, évêque de Saint Brieuc, obtint pour son église une partie des reliques. On raconte que les ossements de Saint Brieuc tressaillirent de joie lorsqu’ils entrèrent dans la cathédrale où on peut encore les vénérer.

Saint Brieuc est l’un des fondateurs des sept évêchés de Bretagne qui ont été, au cours du Moyen- Age, et le sont encore aujourd’hui , les étapes du Tro-Breiz.

Il est fêté le 1er mai.