Pentecôte et Pères de l’Église Enregistrer au format PDF

Lundi 3 juin 2019
0 vote

« L’Esprit Saint vous enseignera tout »
Jn 14, 15-16.23b-26

« Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. »
Ac 2, 2-4

Pour nous, y a-t-il une actualité des Pères de l’Église au sujet de la Pentecôte ?

Saint Grégoire le Grand (540-604)

nous rappelle à bon escient les dispositions d’esprit et de cœur pour tirer profit de tout enseignement : « La parole de celui qui enseigne demeure nécessairement infructueuse si l’Esprit Saint n’est présent dans le cœur de celui qui reçoit ses enseignements. Que personne donc n’attribue à celui qui enseigne l’intelligence des vérités qui sortent de ses lèvres, car sans la présence de ce maître intérieur, la langue de celui qui enseigne travaille inutilement à l’extérieur. Le Créateur lui-même ne parle point à l’homme pour son instruction, à moins que l’Esprit Saint ne lui parle en même temps par son onction. »

Ce même Saint Grégoire nous indique les signes tangibles de l’action de l’Esprit Saint et leurs conséquences dans notre vie quotidienne : « Dès que l’Esprit Saint remplit un cœur, il excite en lui un ardent désir des biens invisibles. Mais comme les cœurs des mondains n’ont d’amour que pour les biens extérieurs, le monde ne peut recevoir cet Esprit, parce qu’il est incapable de s’élever jusqu’à l’amour des choses invisibles. En effet, plus les âmes mondaines s’étendent et s’élargissent au dehors par leurs désirs, plus elles se resserrent et deviennent étroites pour recevoir ce divin Esprit. »

Saint Jean Chrysostome (345-407),

quant à lui, nous explique le sens des paroles du Christ : « Il leur promet que l’Esprit-Saint demeurera avec eux éternellement, parce qu’il ne les quittera même pas après leur mort  ; et il leur enseigne indirectement, par là même, que l’Esprit Saint ne doit ni souffrir la mort comme lui, ni se séparer d’eux. Et pour éloigner de leur esprit la pensée d’une nouvelle incarnation qui rendrait le Saint-Esprit visible à leurs yeux, il ajoute : « L’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ». »

Ce même Saint Jean Chrysostome ne peut s’empêcher d’établir le lien entre la Loi de Dieu donnée à Moïse et le départ en mission des apôtres : « Les apôtres ne descendirent pas de la montagne comme Moïse, portant dans leurs mains des tables de pierre ; ils sortirent du Cénacle portant l’Esprit Saint dans leur cœur… ils allèrent en effet prêcher dans le monde entier comme s’ils étaient eux-mêmes la loi vivante, comme s’ils étaient des livres animés de la grâce de l’Esprit Saint. »

St Léon le Grand (398-461)

nous invite à comprendre différemment la signification des cinquante jours séparant Pâques de la Pentecôte : « C’est cinquante jours après l’immolation de l’agneau que jadis le peuple hébreu, libéré des Égyptiens, reçut la Loi sur la montagne du Sinaï. De même, le cinquantième jour après la passion du Christ, qui fut l’immolation du véritable agneau de Dieu, cinquante jours après sa résurrection, l’Esprit fondit sur les apôtres et sur le peuple des croyants. Le chrétien attentif reconnaîtra donc facilement que les débuts de l’Ancien Testament étaient au service des débuts de l’Évangile, et que la seconde alliance fut constituée par le même Esprit qui avait fondé la première. »

Cyrille de Jérusalem (313-386),

lors des catéchèses baptismales qu’il donnait aux futurs baptisés et aux néophytes, termine ainsi sa dix-septième catéchèse, laissons-lui le mot de la fin : « Mais que le Dieu de l’univers lui-même, celui qui a parlé dans l’Esprit Saint par les prophètes, celui qui l’a envoyé en personne sur les apôtres le jour de la Pentecôte ici où nous sommes [à Jérusalem], daigne lui-même maintenant le dépêcher encore vers vous et que par lui il vous garde aussi, nous accordant à tous sa commune bienfaisance, afin que nous rendions en tout temps les fruits du Saint-Esprit : charité, joie, paix, longanimité, bénignité, bonté, foi, douceur, pureté, dans le Christ Jésus notre Seigneur, par qui et avec qui, en compagnie du Saint-Esprit, soit gloire au Père et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen »

Que la séquence de la messe de la Pentecôte nous accompagne durant tout ce mois de juin.