Notre communauté PME et le confinement Enregistrer au format PDF

Mercredi 29 avril 2020
0 vote

Ce qui s’est passé, ce qui a été mis en œuvre, ce qu’elle devient … et continue d’être… témoin du Christ Ressuscité…

Qu’est devenue la communauté paroissiale ?

Depuis six semaines, nous vivons une situation inédite. Nous mesurons notre vulnérabilité et celles de nos organisations face à un minuscule virus invisible.

Les médecins affirment que la meilleure défense c’est la distanciation sociale et le confinement.

La conséquence, pour nous chrétiens, est l’impossibilité de se rassembler pour célébrer l’Eucharistie et les sacrements, l’absence de rencontres pour approfondir la foi, pour préparer les sacrements ou les funérailles, la difficulté pour soutenir les plus fragiles.

Dans ces conditions, n’y a-t-il plus que des chrétiens isolés, renvoyés à leur responsabilité personnelle ou bien existe-t-il encore une communauté chrétienne vivante ?

La distanciation sociale et le confinement ne sont pas absence de relations et encore moins indifférence. Ils n’empêchent pas d’être en communion les uns avec les autres, peut-être même, parfois, plus réellement qu’en temps normal.

La prière des différents groupes devient un ciment :

  • les prêtres célèbrent la messe aux intentions qui leur sont confiées et à celles de tous les paroissiens et continuent d’accompagner les familles en deuil.
  • les religieuses ainsi que des personnes âgées ou disponibles, les équipes du rosaire s’unissent par la pensée pour réciter le chapelet souvent en lien avec celui de Lourdes, les familles se retrouvent le dimanche matin pour s’unir spirituellement à la messe diffusée le dimanche à la télévision.
  • Un membre des équipes funérailles fait parvenir à l’ensemble des paroissiens le nom des défunts de la semaine ou pour lesquels une messe a été demandée ainsi que le nom des personnes qui sollicitent notre prière.
  • Des personnes viennent individuellement prier dans les églises, et constatent que celles-ci sont fleuries, ce qui signifie que discrètement des personnes honorent le lieu de la Présence du Seigneur et aident les autres dans la prière.

Des approfondissements du temps liturgique et de la Parole de Dieu sont proposés :

  • Les prêtres ou le diacre éditent une homélie ou une méditation en lien avec les textes de la liturgie.
  • La secrétaire paroissiale transmet des références de site internet avec des propositions de ressourcement spirituel, des témoignages transmis par l’un ou l’autre.
  • Les catéchistes ont fait parvenir régulièrement aux familles des propositions de catéchèse pour les enfants en lien avec la Semaine Sainte, la fête de Pâques et maintenant avec les Évangiles du dimanche.
  • Les équipes de préparation au baptême transmettent également les possibilités pour suivre la liturgie à la télévision, sur KTO et également des propositions pour occuper les petits à la maison.
  • Des préparations au mariage s’effectuent par mail et appels vidéo.

Ces liens sont fondamentaux et renouvellent notre façon de faire communauté.

L’attention aux plus fragiles se renforce :

Loin de nous isoler, cette situation de confinement nous invite à nous serrer les coudes (à défaut de nous serrer les mains), et fait grandir dans l’amour fraternel et le sens du service du prochain.

Chacun déploie des trésors d’ingéniosité pour recenser ceux qui souffrent et se faire proche d’eux : familles en deuil, personnes malades ou isolées, salariés en chômage partiel ou commerçants et artisans inquiets pour l’avenir de leur entreprise….

  • Notre curé a proposé de mettre en place un parrainage de personnes isolées, avec prise en charge dans la prière, contact régulier et assistance en cas de besoin.
  • Des couturières ont préparé quelques masques pour les distribuer à leurs « anges gardiens » et à ceux qui en ont le plus besoin ;
  • Des jardiniers ont offert quelques fleurs pour égayer les appartements de ceux qui ne peuvent sortir.
  • Des musiciens chantent pour animer leur quartier et soutenir les soignants.
  • Le Secours Catholique échange par mail avec ceux qui sont connectés et transmet des poèmes écrits par l’un des participants, des jeux, des vidéos, des chants. Des bénévoles contactent chacun par appel téléphonique. De plus, une ou deux personnes vont chaque semaine aux restos du cœur, à Lamballe, pour rapporter des colis alimentaires pour 11 personnes bénéficiaires et déposer des dossiers pour de nouvelles demandes si besoin.

Qu’est devenue la communauté paroissiale ?

Elle s’est transformée, adaptée mais reste bien vivante ; bien sûr, tout n’est pas parfait et satisfaisant.

On ne rejoint pas forcément les personnes qui viennent à la messe le dimanche et n’ont pas d’autres contact avec la paroisse, les chorales ne peuvent plus s’exprimer, les servants d’autel ne rejoignent plus leur service, les équipes liturgiques ne se rencontrent plus.

Oui, il est urgent de pouvoir se réunir à nouveau pour chanter, écouter la Parole de Dieu, célébrer l’Eucharistie, faire corps. Les grands rassemblements pour vivre des célébrations festives nous manquent.

Mais, comme sur la route d’Emmaüs, Jésus Ressuscité nous rejoint au cœur de nos détresses et nous permet de Le reconnaître au bout du chemin.

Sachons rendre grâce au Seigneur pour toutes les richesses vécues depuis le début de ce confinement, pour tous les témoignages de Sa Présence au cœur de nos vies.

Ce temps de manque est aussi une chance pour intensifier la prière personnelle ou en famille, pour prendre le temps de lire la Parole de Dieu plus régulièrement, pour approfondir notre foi et pour veiller à vivre la fraternité avec les personnes en situation de vulnérabilité.

Oui, Jésus nous accompagne sur nos routes. Ouvrons nos yeux et notre cœur.

Oui, Christ est vraiment Ressuscité ! Alléluia !

EAP Pléneuf-Matignon-Erquy