Méditation du Père Mikerson - dimanche des Rameaux Enregistrer au format PDF

Dimanche 5 avril 2020
1 vote

Chers amis,

En ce temps de crise, nous, prêtres, sommes amenés à célébrer l’Eucharistie sans assemblée. C’est une situation nouvelle pour tous. Aujourd’hui, par exemple, nous ne vivrons pas ce moment si chaleureux de l’entrée dans l’église en procession avec les rameaux bénis et en chantant  : « Hosanna…Hosanna au plus haut des Cieux. » Souffrance pour nous, mais grâce aussi, d’être unis par la prière. Car notre foi n’est ni confinée, ni enfermée dans un bocal. Elle est bien vivante et nourrie en famille, en communion avec toute l’Église par l’écoute de la Parole de Dieu. Nous pouvons nous en réjouir. L’accueil chaleureux de Jésus par cette foule renforce notre foi. Car Il est acclamé par une clameur de joie en entrant à Jérusalem, où Il va souffrir et vivre sa Passion. Cette acclamation, c’est la foi de tout un peuple qui met sa confiance en Jésus Christ. Et nous, aujourd’hui, alors que nous sommes inquiets, savons-nous encore lui faire confiance ? Comment continuons-nous à l’accueillir et l’acclamer ? Et pourtant, notre manière d’être en communion avec toute l’Église, manifeste aussi notre foi en Celui qui est glorifié par son Père. Oui, cette crise peut mettre à l’épreuve notre foi, mais ce confinement doit être aussi une occasion de l’approfondir, par la lecture, la méditation de la Parole de Dieu. Le Seigneur est victorieux de tout ce qui nous abîme : le péché…. Il ne nous abandonne pas, au contraire, Il veut entrer dans notre vie de manière triomphale pour nous transformer et injecter en nous son Amour, sa Paix et sa Joie.

En entrant dans Jérusalem, Jésus porte avec Lui toutes nos souffrances humaines ; nos misères, nos violences injustes contre l’homme reflètent sur son visage. C’est ce que nous dit d’ailleurs, le Prophète Isaïe : « En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. » Is 53, 4. C’est par Amour pour nous qu’Il a communié à nos souffrances, nos inquiétudes et nos doutes pour les transformer en source de joie. En méditant le récit de la Passion du Seigneur, comment ne pas nous en émerveiller face à l’immensité de cet Amour fou de Dieu pour chacun de nous. Mis à l’épreuve de sa passion, Jésus pardonne à ceux qui Le condamnent à mort : « Père pardonne-leur, ils ne savent pas ceux qu’ils font. » Il nous montre le vrai Chemin, celui de l’Amour et du Pardon. Tel est le “ virus ” qu’Il veut injecter en chacun de nous pour nous faire grandir dans son Amour. Un Amour qui est au-delà de tout ce qu’on imaginer. Il nous élève et nous fait devenir grands. Tout son être est imprégné par cet Amour. C’est Lui qui nous pousse à pardonner sans mesure comme le Christ nous a pardonnés. C’est ainsi qu’Il nous a ouverts ce beau chemin : celui de la Vie qui est aussi celui de la Paix intérieure. C’est par ce chemin qu’Il est devenu, pour tous, le Seigneur à la gloire de Dieu le Père.

En méditant la Parole de Dieu, nous recevons la force pour parcourir ce chemin. Alors, prions ensemble avec joie et continuons de puiser à la vraie Source, là où nous sommes par l’écoute de la Parole de Dieu, par une vie de prière en famille, en communion avec toute l’Église. Bon dimanche des Rameaux et bonne entrée dans la Semaine Sainte.

Padre Mike