Méditation 5e dimanche de Pâques Enregistrer au format PDF

Samedi 9 mai 2020
0 vote

Nous sommes perdus

Alors que Jésus annonce sa passion, il anticipe la condition spirituelle et psychologique de ses disciples. Ils auront le « cœur […] bouleversé ». Il a fallu trouver alors les mots qu’il faut pour les consoler. Plus que des mots, Jésus leur a présenté une perspective d’avenir rassurante et radieuse : il va leur préparer une place, il reviendra les chercher, car il veut les garder dans son amitié.

Promesse ferme et vraie.

Mais, il y a un inconnu : le chemin.

Thomas va ajouter un autre inconnu : la destination. « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? » L’interrogation de Thomas a fait naître une révélation trinitaire : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ».

Aujourd’hui, nous sommes tous bouleversés par la pandémie du Covid-19. Comme Thomas, nous nous demandons, désespérément, où allons-nous ?

En effet, il y a tellement d’inconnus.

Nous avons le sentiment que sommes perdus.

Nous sommes perdus : « Moi, je suis le Chemin »

En ce temps spécial qui est le nôtre, nous assistons à la fébrilité des méthodes et des doctrines politiques, parce que nous faisons face à un mal qui échappe à nos plans sanitaires et scientifiques traditionnels, en dépit de la notoriété mondiale de leur performance. Aucun chemin n’est lisible. Nous sommes ébranlés, égarés, désabusés, fatigués, perdus. Au cœur de notre dépression spirituelle, morale ou psychologique, Dieu ne se moque pas de nous. Au contraire, Jésus nous dit : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé […] Je suis le Chemin ».

Quand l’humanité est incapable de découvrir ses chemins ou d’en créer d’autres, Jésus, l’éternel Chemin, se présente et se donne à suivre. Il est le Chemin de paix, de sérénité, d’amour et de confiance. Il n’est jamais interdit. Ceux qui s’y trouvent, qu’ils y restent.

Nous sommes perdus : « Moi, je suis la Vérité »

Des chefs d’Etat de divers pays adressent des critiques à la Chine : elle aurait caché des choses. Au niveau national, des reproches sont faits aussi aux dirigeants : ils ne nous disent pas la vérité. Ainsi, ceux qui réclament et cherchent la vérité ne sont pas forcément les meilleurs gardiens de cette vérité. Nous sommes déstabilisés, désorientés, ne sachant qui croire, nous sommes perdus. Dans ce labyrinthe de mensonges et d’incertitudes, Dieu ne se cache pas. Il se fait lumière dans nos ténèbres. Jésus nous parle : « Je suis la Vérité  ». Vérité éternelle, il ne se contredit jamais. Il appelle sans cesse à la liberté : il éclaire au mieux quand il faut discerner, notamment dans les moments de crise.

La Vérité de Dieu n’est pas une marchandise, elle est un chemin de sens. La pire perte qu’un être humain puisse enregistrer dans son existence, est celle de la Vérité. La Vérité que Jésus-Christ est Seigneur des vivants et des morts. La Vérité qu’il est la « pierre vivante, précieuse, la pierre d’angle. » (2e lecture). Prenons appui sur lui !

Nous sommes perdus : « Moi, je suis la Vie ».

Les statistiques sont parlantes : de nombreuses vies sont emportées par le Covid-19. Etonnamment, nous observons que le taux de mortalité est plus important encore dans les pays riches. La puissance de la pandémie a mis à mal la puissance des grandes économies. Les Assurances ne peuvent pas sauver. Elles ne garantissent pas la vie ! Naturellement, nous sommes atteints au plus profond de nous-mêmes, nous sommes pris de peine et de chagrin.

Nous sommes perdus. Face à ce spectacle dramatique et malheureux de la mort partout, il n’est pas rare que revienne la question : que vaut la vie ? Le chrétien puisera la réponse à cette question dans les Evangiles. En effet, les nombreuses guérisons que le Christ a opérées, son dévouement à la cause des malades, nous révèlent que la vie, chaque vie, toute vie, est précieuse aux yeux de Dieu. Voilà pourquoi, il appelle tous les hommes et toutes les femmes qui croient en Lui à la vie éternelle. La communion à la Vie du Christ nous ouvre la porte du bonheur qui ne finira jamais

Nous sommes perdus, mais retrouvés par le Christ, lui, le Chemin, la Vérité et la Vie. Heureux Chemin qui conduit à l’infini amour de Dieu. Heureuse Vérité qui nous éclaire sur la vanité de nos vies et nous réconcilie avec l’essentiel. Heureuse Vie qui nous fait contempler la splendeur de la gloire de Dieu.

Père Aduel