Marthe n’est pas une légende ! Enregistrer au format PDF

29 juillet
Samedi 27 juillet 2019
0 vote

Pour vous, qui est Sainte Marthe ?

Elle est une figure très importante à Tarascon. Marthe, qui reste une figure protectrice de la ville, n’est pas une légende ! Peu de villes peuvent s’enorgueillir d’avoir reçu une sainte proche de Jésus. Il devrait y avoir ici autant de pèlerins qu’à Jérusalem !

Le monstre de la Tarasque ne lui a-t-il pas fait de l’ombre ?

Les fêtes de la Tarasque datent de la fin du XVe siècle. Aujourdhui, on est en effet passé du culte de sainte Marthe à celui de la Tarasque. Par manque de catéchèse, il y a beaucoup de confusion. Dans la culture locale, on retrouve souvent Tartarin à la place de sainte Marthe. Encore un peu et Tartarin sera béatifié !

Comment redonner sa force au culte de sainte Marthe ?

La foi passe par l’éducation, la catéchèse. Quand celles-ci n’ont pas lieu, il n’y a pas de transmission de la foi. Après la Révolution française s’est ouverte une grande période d’évangélisation des campagnes, pour faire suite à la déchristianisation du XVIIIe siècle. Ce mouvement s’est étendu jusqu’à la IIIe République, mais la loi de séparation de l’Église et de l’État lui a donné un coup d’arrêt. Aujourd’hui, un nouveau mouvement d’évangélisation pourrait avoir lieu, avec une place importante donnée à l’enseignement et à la transmission.

Entretien avec Pierre Brillard libraire à Tarascon (Bouches du Rhône)

Propos recueillis par J.-M.D Famille chrétienne N° 1851 du 6 au 12 juillet 2013

Sainte Marthe
disciple du Christ, sœur de Lazare (Ier siècle.)

29 juillet - 1e lecture Ex 24, 3-8 ; Psaume 49 ; Évangile : Jn 11,19-27 ou Luc 10,38-42

A Béthanie, non loin de Jérusalem, vivaient Marthe, Marie et leur frère Lazare. Jésus aimait à se reposer dans leur maison. Qu’il devait faire bon puisqu’il s’y sentait bien, nous pourrions même dire « détendu » et paisible. Honneur donc à la maîtresse de maison, sainte Marthe. Mais elle est toujours affairée et elle reproche à sa sœur de ne pas l’aider. Le Maître ne lui en fait pas grief. Il lui demande seulement de rester calme et de donner à chaque chose sa valeur. sainte Marthe"Marthe, Marthe, tu t’agites, tu t’inquiètes pour beaucoup de choses….« Ce n’est pas l’activité que Jésus condamne, (que s’en consolent les maîtresses de maison), mais l’activisme, l’agitation. Il vaut mieux recevoir dans la paix du cœur, que de voir la maîtresse de maison sans cesse à la cuisine, venir en éclair à la table, abandonner son hôte et repartir pour que la salade soit au point. L’essentiel c’est la convivialité, avec un équilibre des réalités. Marthe d’ailleurs n’en manque pas, car lorsque Marie ne sait que pleurer devant le tombeau de son frère, Marthe est confiante : »Je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, il te l’accordera." La réponse ne se fait pas attendre : « Je suis la Résurrection et la Vie. »

Une belle légende dit que Jésus lui-même est venu l’accueillir à la porte du paradis.

enluminure flamande d'un bréviaire - 1497.
enluminure flamande d’un bréviaire - 1497.

Mémoire de sainte Marthe, qui reçut le Seigneur Jésus dans sa maison de Béthanie, non loin de Jérusalem, et après la mort de son frère Lazare, dit à Jésus : « Tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde ».

Martyrologe romain}

Sainte Marthe ne laissait pas d’être une sainte bien qu’on ne dise pas qu’elle fut contemplative…Si nous restions en contemplation comme Madeleine, il n’y aurait personne pour donner à manger à cet hôte divin. Que les sœurs se rappellent qu’il doit y avoir parmi elles quelque autres qui préparent le repas du Seigneur. Qu’elles s’estiment heureuses de le servir comme Marthe.

https://nominis.cef.fr/contenus/saint/1589/Sainte-Marthe.html

Prière à Sainte Marthe

« Ô admirable Sainte Marthe,
j’ai recours à vous
et je compte sur votre aide dans mes épreuves.
Consolez-moi dans mes soucis et difficultés,
je vous en prie humblement.
 
Par l’immense joie qui a rempli votre âme
lorsque vous receviez le Sauveur du monde
dans votre demeure de Béthanie,
je vous prie d’intercéder pour ma famille
et pour moi-même,
afin que nous gardions Dieu dans notre cœur ».