Lexique de la Mission Enregistrer au format PDF

Mardi 1er octobre 2019
0 vote

À l’occasion de ce mois missionnaire mondial, attardons nous sur certains mots ou expressions des textes liturgiques du mois d’octobre qui évoquent la mission ou l’induisent.

Dimanche 6 octobre 2019

  • Apôtre (Lc 17, 5) :

le mot apôtre signifie envoyé, émissaire, délégué officiel chargé de mission (Jn 13,16 ; 2Co 8,23).

Au sens large, les ambassadeurs du Christ ressuscité, sur lesquels est fondée l’Église (1Co 15,7), ayant autorité (mais non supériorité) sur les communautés, celle du service pastoral.

Au sens étroit, caractéristique de Luc, ce sont les Douze, collège apostolique chargé d’attester que le ressuscité est le même que ce Jésus de Nazareth qu’ils ont connu. *

Parmi les disciples, Jésus en choisit douze qu’il enverra proclamer le règne de Dieu et guérir les malades (Lc 9,2). Le nombre de douze n’est pas innocent, il fait référence aux douze tribus d’Israël. **

  • « Pour me servir » (Lc 17, 8) :

fait référence à Lc 12,35 « restez en tenue de travail » littéralement que vos reins soient ceints, ce qui signifie qu’il faut relever les pans de sa robe dans sa ceinture pour faciliter le travail. Avoir la ceinture aux reins est une image qui marque la disponibilité. Au verset 37, on retrouve la même expression « il prendra la tenue de travail, les mettra à table et passera pour les servir ».***

Dimanche 13 octobre 2019

-  « rendant gloire à Dieu à pleine voix »(Lc 17, 15) :

Dans la TOB une expression similaire en Lc 2,20 : « puis les bergers s’en retournèrent chantant la gloire et les louanges de Dieu… » est commentée ainsi : Luc note souvent à la suite des manifestations divines et surtout des miracles, que les acteurs rendent gloire à Dieu (5,25.26 ; 7,16 ; 13,13 ; 17, 15.18 ; 18,43 ; Ac 4,21) et lui adressent leur louange (18,43 ; 19,37 ; Ac 3, 8.9). ***

L’émerveillement du don de la vie divine en nous devrait être la source du témoignage et de la mission.

Dimanche 20 octobre 2019 (dimanche pour la Mission dans toute l’Église)

  • « …prier constamment et de ne pas se décourager » (Lc 18, 1) :

Lc formule ici le sens qu’il donne à la parabole qui suit, avec des expressions caractéristiques de Paul : toujours prier (Rm 1,10 ; Co 1,3…) et ne pas se décourager (2Th 3,13 ; 2 Co 4,1.16 ; Ga 6,9) ***

L’appel à la persévérance dans la prière se retrouve tout au long du Nouveau Testament. Luc montre Jésus en train de prier dans les moments importants de son ministère : son baptême (3,21), les premières guérisons (5,16), la première annonce de sa passion (9,18), la transfiguration (9,28). Paul résume ces exemples en écrivant aux Thessaloniciens : priez continuellement (1 Th 5,17) **

Comme la prière est parfois aride, l’évangile exhorte à la persévérance. Après avoir enseigné le Notre Père à ses disciples, Jésus leur a raconté des paraboles pour les encourager (Lc 11, 5-13). Ici il fait de même avec l’histoire d’une veuve et d’un juge injuste.**

* Dictionnaire du Nouveau Testament Xavier Léon-Dufour
** Nouveau Testament Commentaire intégral Antoine Nouis
*** Note TOB

Dimanche 27 octobre 2019

« proclame la Parole… » (2Tm 4,2) :

(en grec logos, en hébreux dâbâr).

Le mot usuel – Parole - possède dans la bible deux sens principaux indissolublement unis : Parole et réalité. Le mot hébreux dâbâr signifie aussi bien parole (récit, commandement) que chose (réalité, affaire). Point de parole qui ne soit réalité, point de réalité qui soit communicable sans parole. En outre, parole et action sont liées : parler c’est agir, ce qui est vrai avant tout de Dieu qui crée par sa parole.

1- La parole de Dieu, qui produit ce qu’elle annonce (Ps 33,9) est vivante et efficace (He 4,12). Elle révèle le sens de la création et devient commandement salutaire (Ex 20,1-17), elle promet le salut à ceux qu’elle interpelle (Ac 13,26).

2- Jésus, à la différence des prophètes, n’introduit pas ses paroles en évoquant la parole de Dieu (Am 1, 6 ; Lc 3,2) ; il déclare : « Mais moi, je vous dis » (Mt 5,22-28). Sa parole d’un mot opère des miracles (Mt 8, 8.16), pardonne les péchés (Mt 9,1-7), transmet son pouvoir personnel (Mt 18,18), et perpétue sa présence (Mt 26,26-29). Comme celle de Dieu, elle interpelle ceux qui l’entendent et qui doivent s’engager pour ou contre (Mt 7, 24-27). Aujourd’hui comme jadis, les hommes se divisent face à cette parole (Ac 13,46).

3- La Parole, sans détermination, finit par désigner non pas proprement des paroles de Jésus (Lc 4, 36), mais le message de l’Évangile annoncé dans la prédication chrétienne (6, 2. 4). Cette parole hérite des prérogatives de la Parole de Dieu : salut, efficacité, vie, car elle est la parole même de Jésus, prêchée (Rm 10,17). Aussi cette prédication divise-t-elle à son tour les hommes (2Co 2, 14-17). *

Jean Besnier