Le « somptueux » cadeau que Dieu nous fait de la paix Enregistrer au format PDF

Mercredi 18 décembre 2019
0 vote

Paix aux hommes parce que Dieu les aime

La nuit de Bethléem résonne d’une merveilleuse annonce : « Paix aux hommes que Dieu aime », qu’il faut évidemment traduire par « Paix aux hommes parce que Dieu les aime »

Celui que la lettre aux Hébreux appelle « l’héritier de toutes choses » naît parmi les pauvres ; celui que saint Jean appelle « la lumière du monde » est né dans la pénombre d’une étable et celui qui est la parole de Dieu créant le monde a dû être mis au monde comme toute créature.

Et si Dieu, tout simplement, avait imaginé de naître sous les traits d’un nourrisson pour que nous quittions à tout jamais nos craintes à son égard ?

Le signe de Dieu est peut-être là justement : c’est dans la banalité quotidienne, voire dans la pauvreté, que nous Le rencontrons. En nous invitant à nous pencher sur le berceau d’un pauvre, le Dieu de toute miséricorde nous indique le meilleur moyen de lui ressembler. Désormais, notre mission est de relayer le chant des anges et d’annoncer que la Paix de Dieu s’offre tout simplement à ceux qui voudront bien l’accueillir.

Fêtons Noël autrement

Noël, fête des familles, fête des enfants. Fête autour d’un beau repas, de la lumière et des maisons décorées… On pourrait continuer cette énumération si quelques grains de sable ne venaient troubler l’image idéalisée de cette fête. L’exclusion et la précarité, la solitude des personnes âgées, les couples déchirés et la pauvreté de ceux qui n’achèteront pas de cadeaux nous heurtent de face. Et ces cris se font davantage pressants quand la frénésie de la préparation de Noël envahit tout notre espace.

Célébrer la naissance du Sauveur est une chance pour aujourd’hui. La simplicité de l’événement parle à ceux qui veulent résister à la pression sociale et commerciale de Noel. Cette simplicité peut remplir d’espérance ceux qui sont dans la pauvreté. La sobriété de nos fêtes pourrait bien être le signe de la véritable nature de l’événement de Noël, car cette simplicité volontaire, ce partage avec d’autres, sont des signes visibles qui manifestent la vérité de la naissance du Sauveur.

Il s’agit d’un don sans mesure de la part de Dieu, d’un amour magnifique. Cet amour s’exprime dans le mystère d’un Dieu nouveau-né comme il se révélera dans le mystère d’un Dieu crucifié.

Dans la nativité du Seigneur émerge une double question décisive :

  • Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ?
  • Qu’est-ce que l’homme pour qu’Il pense ainsi à lui ?

Le vrai cadeau de Noël

On peut donner sans aimer, mais on ne peut aimer sans donner !

Pour tous, petits et grands, Noël est la période des cadeaux. Pour Dieu, Noël est le cadeau sublime, la naissance de Jésus qu’Il offre à toute l’humanité.

Quel contraste saisissant : « le Messie, le Seigneur » est annoncé et c’est « un nouveau-né dans ses langes et couché dans une mangeoire » que l’on trouve !

Dieu est inattendu dans sa façon d’aimer : avec lui, pas de paquet cadeau, ni de joli ruban. Que faire de ce don du Père ? Mon cœur va-t-il frémir en s’ouvrant pour accorder toute la place à Jésus ?

Vais-je le laisser naître en mon cœur ?

Prière

Seigneur, je veux vivre le vrai sens de Noël.

S’il y a les cadeaux, la fête et toute la famille réunie,

je veux aussi et surtout que tu sois là,

à la première place.

Viens dans l’étable de mon cœur,

en la purifiant par ta présence

et transforme-la en un temple saint.


Auteur anonyme