Le Sanctuaire Marial diocésain Notre-Dame de Toute Aide de Querrien Enregistrer au format PDF

Lundi 4 février 2019
0 vote

Vers 600, des moines irlandais débarquent près de Saint-Malo. Parmi eux se trouve un certain Gall qui achèvera sa vie en Suisse en fondant un monastère qui donnera son nom à la ville de Sankt Gallen.

Vers 610, Gall séjourne à Querrien et là, il découvre une source en des temps de grande sécheresse. Il sculpte une statuette de la Vierge Marie et la place dans un petit oratoire. Le 15 août 1652, au retour de la procession en l’honneur de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie, une jeune fille, Jeanne Courtel, âgée de 11 ans et demi, sourde et muette de naissance, garde quelques moutons dans le champ des Fontenelles. Un ovale de lumière se forme où se trouve une belle dame. Une voix l’interpelle :
« Donne-moi un de tes moutons ?
« Ils ne sont pas à moi »
répond celle qui n’avait jamais parlé. « Ils sont à mon papa ».
« À qui sont-ils ? »
« Ils sont à mon papa ».
« Eh bien, va demander à ton papa ».
« Mais qui va garder mes moutons, »
« Moi je vais les garder. Va et fais vite ! »

Le lendemain du 15 août, au cours d’une nouvelle apparition, la Vierge Marie lui fait part de la demande suivante, après lui avoir dit son nom : _ « Je veux que l’on construise une chapelle au milieu du village. On y viendra en procession de tous côtés ».

Le recteur de la paroisse de la Prénessaye, après avoir rencontré la petite Jeanne, en informe Monseigneur Denis de la Barde, évêque de Saint-Brieuc. Celui-ci convoque la petite fille et la questionne. Pour vaincre les légitimes réticences des autorités religieuses, dans une nouvelle apparition, Marie insiste et confirme les dires de la petite messagère.
« Dis aux hommes de chercher dans la mare Saint Gall. Ils y trouveront mon image autrefois honorée ici ».

Effectivement, la petite statue sculptée autrefois par saint Gall est découverte. L’évêque confirme la mission à deux prêtres de consigner tout ce qui se passe. Un oratoire de fortune est rapidement construit pour abriter la statue.

Le 11 septembre suivant, Mgr Denis de la Barde vient sur place se recueillir dans l’oratoire. Puis, il fait comparaitre, une fois encore, Jeanne, ses parents, divers témoins et les prêtres chargés de l’enquête. Il reconnaît le caractère surnaturel des apparitions. Le 29 septembre, une première messe est célébrée en présence de 1 700 personnes. C’est le premier pèlerinage. Plus tard, Jeanne se mariera et aura 5 enfants dont trois mourront en bas âge. Elle décèdera le 8 octobre 1703 à Querrien. Son corps repose dans la chapelle à côté du chœur.

Article rédigé à partir d’un texte du Père Pierre de Couëssin
ancien recteur du Sanctuaire, en date de 2008.