Le Mardi Gras Enregistrer au format PDF

Lundi 24 février 2020
0 vote

Le temps de Carême est immédiatement précédé du Mardi Gras, jour de festivité, de carnaval [1] avant ce temps d’austérité. C’était une « dernière folie » pour se préparer au jeûne sévère et à l’abstinence qui devaient commencer le lendemain, Mercredi des Cendres.

Cette tradition populaire avait probablement des motivations très pratiques ! Les aliments interdits par la discipline rigoureuse de l’Église étaient précisément ceux qui ne se conservent pas. Or, jusqu’au XIXe siècle, la réfrigération était inconnue, il allait donc de soi de manger tout ce qui risquait de se perdre pendant ces 6 semaines de Carême et d’aider les autres familles à en faire autant dans une ambiance festive.

Le carnaval tel que nous le connaissons était déjà populaire au XIVe siècle. Il porte la marque de coutumes préchrétiennes de divertissements et de mascarades associées à la célébration païenne de l’équinoxe de printemps parce que l’Église interdisait toutes réjouissances pendant le Carême, il était normal de faire la fête juste avant !

Actuellement, le Mardi Gras est associé à des coutumes alimentaires appréciées de tous, particulièrement des enfants : crêpes, beignets ou bugnes, gaufres etc. en fonction des régions de France.

Traditions et coutumes catholiques

[1Carnaval vient du latin carvelevarium : abstention de viande