Juin 2020 et Pères de l’Église Enregistrer au format PDF

Vendredi 5 juin 2020
0 vote

Nous avons lu et entendu, dans la liturgie du jeudi de l’Ascension, les extraits des actes des apôtres indiquant que les disciples ont obéi à Jésus en retournant à Jérusalem pour attendre que les promesses de Dieu s’accomplissent. Ils se sont retrouvés au Cénacle (la chambre haute, à Jérusalem), pour prier ensemble, jusqu’à ce que l’Esprit Saint les pousse à sortir et à témoigner. Ne sortons-nous pas, nous aussi d’une sorte de réclusion ? De plus, à l’issue de cette belle fête de Pentecôte, rappelons-nous les paroles de Paul aux Galates (5,22-23) : « Mais voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. ».

Sous la force de l’Esprit Saint, quittons, nous aussi, nos Cénacles pour nous réjouir et proclamer les merveilles de Dieu, nourris par ces quelques textes des Pères de l’Église.

« A la Pentecôte, les apôtres ont revêtu la grâce qui vient d’en haut, et ils ont été complètement baptisés par l’Esprit Saint. Lors du baptême, l’eau ne mouille que l’extérieur, mais l’Esprit Saint baptise aussi ce qui est à l’intérieur de l’âme. Les apôtres ont été baptisés de tout leur être, ils ont revêtu leurs âmes et leurs corps de la divinité et du vêtement du salut. Ils ont reçu le feu qui ne brûle pas mais qui sauve, et c’est un feu qui consume les épines du péché et qui sanctifie l’âme ; c’est ce feu que reçoivent tous ceux qui sont baptisés. » Saint Cyrille de Jérusalem, Catéchèse 17, 14.

« Les apôtres ne descendirent pas de la montagne comme Moïse, portant dans leurs mains des tables de pierre ; ils sortirent du Cénacle portant l’Esprit Saint dans leur cœur… ils allèrent en effet prêcher dans le monde entier comme s’ils étaient eux-mêmes la loi vivante, comme s’ils étaient des livres animés de la grâce de l’Esprit Saint. » Saint Jean Chrysostome.

Manifestons, dans les semaines qui viennent, notre joie de nous retrouver en communauté pour chanter les louanges de Dieu.

À bientôt, dans l’une ou l’autre de nos églises.

Jean-Luc Strugarek