Horaires célébrations du mardi 15 au dimanche 20 décembre 2020 Enregistrer au format PDF

Lundi 14 décembre 2020 — Dernier ajout lundi 21 décembre 2020
3 votes

Une jauge réaliste pour les prochains dimanches

La Conférence des Évêques de France prend connaissance de la jauge rendue publique aujourd’hui par le ministre de l’Intérieur pour ce qui concerne les célébrations publiques dans les lieux de culte.

La CEF estime que cette mesure proportionnée à la capacité d’accueil des édifices, bien que contraignante, est applicable. Elle impose de « laisser libres deux sièges entre chaque personne ou entité familiale et de n’occuper qu’une rangée sur deux ».

Jusqu’à nouvel ordre, les fidèles catholiques devront donc appliquer cette mesure.

Cette nouvelle mesure, plus réaliste et dont la CEF a été informée en début d’après-midi, fait suite à la consultation des cultes organisée depuis dimanche par le gouvernement. La CEF se réjouit que se renoue un dialogue constructif avec les pouvoirs publics.

De dimanche en dimanche, cette période de l’Avent entamée le 29 novembre, est un chemin vers Noël. Les communautés catholiques espèrent de tout leur cœur pouvoir célébrer le grand mystère de la foi dans les églises le 24 au soir, avec le moins de restriction possible. Ils sont conscients que l’attention aux précautions sanitaires est toujours nécessaire.

C.E.F. -Confédération des évêques de France

Le 2 décembre 2020

Communauté pastorale Pléneuf - Erquy - Matignon

Des confessions individuelles sont proposées après les messes en semaine.

Selon l’évolution de la situation sanitaire et les prochaines orientations gouvernementales, des modifications pourraient être apportées à ce calendrier.

La dimension missionnaire de l’Eucharistie

« La liturgie – et plus particulièrement l’eucharistie – est le sommet auquel tend toute l’action de l’Église et en même temps la source d’où découle toute sa vertu. »  [1].

Cette affirmation du dernier Concile est maintenant bien connue ; cependant, nous n’avons pas encore fini d’en mesurer toute la portée concrète. Puisque l’Église est toute entière missionnaire, que la mission correspond à sa nature même [2], il est aisé d’en déduire que l’eucharistie est source et sommet de la mission. En effet, nous n’avons pas trop de peine à envisager que l’eucharistie - source nous envoie en mission [3] (encore faut-il mesurer tout ce que cela signifie !), ou que l’une action missionnaire conduit à l’eucharistie - sommet. Mais il n’est peut-être pas encore aussi évident qu’elle soit bien perçue comme lieu d’évangélisation [4], comme lieu missionnaire au cœur de la mission. Le dernier Concile le répète avec force :

« La sainte eucharistie contient tout le trésor spirituel de l’Église, c’est à dire le Christ lui-même, lui notre Pâque, lui le pain vivant, lui dont la chair, vivifiée par l’Esprit Saint et vivifiante, donne la vie aux hommes, les invitant et les conduisant à offrir, en union avec lui, leur propre vie, leur travail, toute la création. On voit donc alors comment l’eucharistie est bien la source et le sommet de toute l’évangélisation… »  [5]

Philippe Barras

Article extrait de la revue Célébrer, n°299 p 19-24.

[1Vatican II, Constitution sur la liturgie, n° 10.

[2Cf. Redemptoris missio, Lettre encyclique de Jean-Paul II sur « L’Église et la mission », décembre 1990.

[3Voir l’article d’Emmanuel Lafont,

[4Voir l’article de Claude Duchesneau,

[5Vatican II, Décret sur le ministère et la vie des prêtres, n° 5.