Erquy, terre et mer de Mission - Bilan Enregistrer au format PDF

Vendredi 13 septembre 2019
0 vote

« Sommes allés à la rencontre des personnes »

Dès le lancement de la mission, le père André, de la société missionnaire des pères de Saint Jacques, nous a expliqué que cette mission consistait à aller à la rencontre des personnes, à sortir de nos frontières, à dépasser nos limites…

Et cela à cause de l’évangile du Christ. Dans Mt 18,18, le Christ nous dit : « Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel ».

En effet il a été question pour nous de tisser des liens fraternels pendant toute la semaine de mission. Pour se faire, nous nous sommes mis à l’écoute des personnes, des paroissiens, des habitants d’Erquy, des vacanciers. Des familles, des personnes seules, isolées et malades. Aussi nous sommes bien entrés dans le planning qui avait été proposé pour toute la semaine.

La question que je me suis posé en début de semaine est la suivante : « Sommes-nous vraiment disponibles quant à suivre le Christ dans toutes nos rencontres ».

Car écouter nos frères et sœurs en humanité demande beaucoup d’attention, de disponibilité, de détachement (notamment matériel), de prière.

Dans notre bilan nous constatons que beaucoup de personnes ont été rejointes pendant la semaine et cela est très positif. Aussi il a découlé de ces rencontres de la joie, une joie simple et authentique. Aussi beaucoup de thèmes ont été abordé dans les conversations que nous avons pu échanger.

Nous avons rencontré différentes classes sociales. La mission à Erquy nous a donné de rejoindre différents états de vie.

Nous avons été marqués par la souffrance, la maladie, la solitude de plusieurs personnes. Nous avons pris le temps d’entendre leur histoire et de prier pour elles.

Nous avons aussi rencontré des professionnels. Nous avons découvert l’exigence que demande leur travail. Nous avons visité la criée d’Erquy et une ferme. Nous constatons qu’il y a un lien très fort entre le travail, la culture, l’histoire avec la ville d’Erquy.

Nous avons enfin constaté la vie même de la paroisse. Une paroisse aux « deux visages » où l’été, la population passe de 3000 à 30 000 habitants. Une réalité à ne pas négliger pour l’annonce de l’évangile pour tous.

Tous les matins, les temps de partages autour d’un café étaient propices à des rencontres simples et fraternelles.

Des religieux ont intégré la mission en cours de route. Cela donne un élan dans la mission. Des sœurs étaient représentées pendant les offices, un frère a été avec les séminaristes à la rencontre des familles à domicile.

Le site internet de la paroisse a été un élément moteur pour l’évangélisation et pour expliquer notre mission et notre présence au sein de la paroisse d’Erquy.

Paul-Hervé MOY, séminariste du diocèse,
en insertion pastorale à Saint Brieuc.

« Qui vient en ami arrive trop tard et part trop tôt »

Cette pensée inscrite sur du bois à l’intérieur de la maison de Yvonne, âgée de 96 ans, a été pour moi la clé de relecture de cette petite semaine de mission. Nous sommes arrivés à Erquy les mains vides avec un peu de sourire sur le visage et le désir d’aller à la rencontre des personnes. Et voilà, nous y sommes repartis avec le cœur rempli de joie. Cela nous aide à comprendre que l’Esprit-Saint était à l’œuvre et nous n’étions que de simples serviteurs.

Chaque fois que l’on vient de vivre une expérience missionnaire, on a l’impression que la mission ne fait que commencer. La mission ne se définit pas uniquement par des mots. Elle est avant tout une réalité. Il faut s’adapter en fonction du milieu et du contexte socio-culturel. Ce qui demande au missionnaire de prendre en compte la réalité dans laquelle il se trouve pour mieux s’adapter. Voilà pourquoi, la mission, encore plus aujourd’hui, est à vivre en Église.

Durant cette semaine, nous n’étions pas seuls. Nous avons eu de temps en temps l’accompagnement d’un curé très soucieux de sa communauté. Nous pouvons témoigner de l’assistance d’une infatigable personne, Béatrice, elle était toujours là pour nous ; sans oublier les personnes qui nous ont logés, les paroissiens qui nous ont accompagnés pendant les différentes visites et surtout un accueil très chaleureux de la part des gens à qui nous avons rendu visite.

Si le Christ a fait de nous ses amis, c’est pour que nous devenions en lui des amis.
Pour ce faire, nous avons besoin de la grâce de l’Esprit-Saint pour éclairer nos zones de frontière qui nous empêchent d’aller à la rencontre de l’autre là où il vit, dans la situation qui est la sienne. Une présence à l’autre suffit pour lui faire sentir qu’il existe et qu’il a du prix aux yeux de Dieu. Le Seigneur veut encore des missionnaires, des hommes et des femmes capables de créer du temps pour des rencontres simples et gratuites.

Saurions-nous nous faire disponibles pour le Seigneur au service des plus petits et des plus pauvres ?

Cette expérience à Erquy, elle était certes trop courte mais elle a valu la peine d’être vécue.

Merci à tous pour votre accueil chaleureux !!!

Carlsendro CHERY,
ordonné diacre
en vue du ministère sacerdotal en juin 2019

Voir Oser la rencontre les uns avec les autres à Erquy, c’est possible.

et pour suivre la mission jour après jour :

Voir
Erquy, terre et mer de Mission - 1
Erquy, terre et mer de Mission - 2
Erquy, terre et mer de Mission - 3
Erquy, terre et mer de Mission - côté terre - 3
Erquy, terre et mer de Mission - 4
Erquy, terre et mer de Mission - 5
Erquy, terre et mer de Mission - 6
Erquy, terre et mer de Mission - 7